Webinaire AFLA 2020

L’ancrage historique de la linguistique appliquée fait que les chercheur-e-s, qui s’en revendiquent, considèrent la société et la recherche comme étant intrinsèquement imbriquées. Au moment où le monde subit une crise sanitaire dont les conséquences dans un monde globalisé ont peu de précédents, les recherches en sciences du langage peuvent participer à analyser et éventuellement à proposer des pistes pour répondre aux défis du monde contemporain.

Organisateurs : Julien Longhi (CY Cergy Paris Université) & Grégory Miras (Univ. de Rouen Normandie)
Avec le soutien technique et logistique de Julie Mesnildrey (Univ. de Rouen Normandie)

L’Association Française de Linguistique Appliquée (AFLA) organise deux webinaires gratuits et accessibles au grand public.

 

Séance 1 – 28.05.2020

Retrouvez Nathalie Blanc (INSPE – Univ. Lyon I) et Jean-Luc Vidalenc (enseignant et formateur) sur « Les langues des familles dans l’éducation en temps de crise (et au-delà…) » accompagnés par Grégory Miras (Univ. Rouen Normandie)

Le jeudi 28 mai à partir de 14h00 (CET)

La crise sanitaire que nous vivons tous à l’échelle de la planète a pu renforcer ou visibiliser certaines faiblesses des systèmes éducatifs, notamment au niveau des inégalités scolaires et sociales. Qu’en est-il de la continuité pédagogique dans les familles pour lesquelles la langue privilégiée n’est pas celle de l’école ? Quelle place peuvent avoir les langues de ces familles dans l’éducation, en temps de crise et au-delà ? Nous souhaitons montrer que ces langues diverses ont une grande importance et qu’à travers elles, les parents peuvent développer leur pouvoir d’agir afin d’accompagner au mieux le développement de leurs enfants.


Séance 2 – 29.05.2020

Retrouvez Albin Wagener (Univ. Rennes 2/Inalco) sur « Parole publique en temps de crise » accompagné par Julien Longhi (CY Cergy Paris Université)

Le vendredi 29 mai à partir de 13h30 (CET)

L’espace public représente un environnement où circule des discours d’une grande variété ; en période de crise, cet espace se caractérise par l’émergence d’une hypercirculation de prises de parole. Politiques, experts de plateaux télé, scientifiques ou encore spécialistes en opinion se concurrencent pour occuper l’espace et produire des discours. Ces discours, qui produisent des mouvements telluriques dans l’opinion publique, se retrouvent de surcroît impactés par l’hypernarrativité, caractéristique de notre société postdigitale.

Motion de l’Association française de linguistique appliquée concernant les directions de la future LPPR

Voir la version PDF de la motion

L’Association française de linguistique appliquée (AFLA), réunie le 6 février 2020 en assemblée générale, s’inquiète des premières orientations de la loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR) telles qu’elles ont été esquissées par le président de la République le 26 novembre dernier et telles qu’elles apparaissent dans les trois rapports des groupes de travail (financement de la recherche, attractivité des emplois et des carrières scientifiques, recherche partenariale et innovation). Celles-ci ne lui paraissent pas de nature à répondre aux principales difficultés et fragilités de la recherche publique française, ni à permettre aux personnels scientifiques de haut niveau exerçant en France — chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, ingénieur·e·s et technicien·ne·s — d’exercer convenablement leur profession et d’exprimer pleinement leurs talents au bénéfice de la Nation. Depuis son émergence dans les années 1960, le champ de la linguistique appliquée s’intéresse aux rapports conjoints entre science et société en démontrant la nécessité d’appuyer des décisions politiques sur un processus empirique et ascendant permettant de prendre les décisions les plus adaptées à un contexte et respectueuses des individus engagés et situés. Les résultats issus de la recherche scientifique doivent être le socle de ces prises de décision et les contours de cette réforme aspirent à imposer un modèle de recherche aux dépens de six décennies de travaux en linguistique appliquée en France et dans le monde (Applied Linguistics).

Les membres de l’AFLA sont en particulier opposés aux points suivants puisqu’ils remettent profondément en question la nature des métiers de la recherche : la transformation des statuts des personnels remplissant des missions d’enseignement et de recherche dans les universités et la refonte globale du décret de 1984 relatif au statut des enseignants-chercheurs avec une remise en cause de la répartition et de la durée du temps de travail des enseignant·e·s-chercheur·e·s (enseignement, recherche) mettant directement en péril leur implication dans le tissu associatif ; une amplification de la contractualisation des personnels en appui à la recherche et des futurs enseignant·e·s (tenure tracks, CDD de projets, enseignant·e·s contractuels, etc.) tout en reconnaissant la nécessité d’en finir avec le contrat de vacation tel qu’il est pratiqué actuellement ; une remise en cause de la dimension nationale des conditions de recrutement, du statut des enseignant·e·s-chercheur·e·s et de la collégialité de l’évaluation des carrières par les pairs ; l’organisation d’une réforme budgétaire alors même que la performance des dispositifs d’incitations à la recherche partenariale et à l’innovation est reconnue par la cour des comptes comme très insuffisante (CIR en particulier).

Si l’Association française de linguistique appliquée ne peut être qu’en faveur d’une démarche de reconnaissance de toutes les formes de valorisation de la recherche, elle souhaite néanmoins être vigilante sur le fait de ne pas marginaliser la recherche fondamentale indispensable à toute recherche appliquée, sur les dangers d’une recherche fléchée ne permettant pas la possibilité d’explorer des terrains plus marginalisés/peu financés ou encore sur la nécessité de reconnaître, dans les orientations de valorisation, le rôle indispensable des recherches en sciences humaines et sociales. En effet, la valorisation ne peut se contenter d’une vision marchande de biens produits en recherche et développement comme c’est déjà largement le cas dans les Instituts de recherche technologique (IRT), les Sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT) ou encore les Consortium de valorisation thématique (CVT). Les recherches appliquées visent avant tout un potentiel de transformation au sein de la société par des projets qui fusionnent les intérêts de la recherche et ceux de la société tout en leur reconnaissant une temporalité et des objectifs à long terme parfois différents. Ce potentiel de transformation touche les questions d’enseignement/apprentissage des langues, la reconnaissance des langues minoritaires (langue des signes, etc.), la lutte contre les discriminations (par ex. le genre) ou les formes de marginalisation ainsi que la promotion de pratiques permettant des dispositifs plus inclusifs tant dans le monde professionnel qu’éducatif et, plus largement, la formation tout au long de la vie.

Ainsi, l’AFLA demande un moratoire, pouvant prendre la forme d’assises, permettant un travail collectif, collaboratif et représentatif des personnes de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de définir des orientations qui permettront d’améliorer les conditions de recherche en France tout en favorisant leur adhésion sur le terrain. L’association souhaite participer activement à ce processus en apportant son expertise dans le domaine des sciences situées.

Pour information, quelques liens utiles si vous souhaitez vous renseigner sur la LPPR : 

Motion adoptée par vote électronique des membres à jour de leur cotisation.

Fait le 13/02/2020 à Paris,

Grégory Miras, Président de l’AFLA

AFLA2020

Traiter, explorer, et analyser des corpus : quels apports pour la société ?

6 Février 2020

Université de Cergy-Pontoise

Site de Hirsch [venir]

🚇 RER A direction Cergy-le-haut, arrêt Cergy-Préfecture

Coordination scientifique : Julien Longhi

Télécharger le programme

Les trois précédents colloques de l’AFLA (CRELA 2013, TRELA 2015 et PRELA 2019) ont cherché à questionner, de manière épistémologique et transversales, trois aspects de la linguistique appliquée contemporaine : les cultures qui en émergent, les différents terrains qu’elle aborde et les professionnels qui y interagissent. En 2018, lors de sa journée d’études, l’AFLA a posé la question de comment les sciences du langage peuvent répondre aux besoins de la société en présentant des approches (la linguistique ergonomique, clinique, forensique, etc.) mais aussi des terrains (entreprise, hôpital, les locuteurs de langues minoritaires, les liens entre genre et langage). Cette question a fait émerger celle des moyens qui peuvent être mis en oeuvre pour dégager des pistes d’approche. Or, depuis plusieurs années maintenant, les corpus apparaissent comme un des leviers qui permettent d’aborder les besoins par une démarche ascendante et empirique. 

Si la notion de corpus n’est pas nouvelle dans le champ des Sciences du langage et, plus largement, dans celui des Sciences Humaines et Sociales (Bonnafous & Temmar 2007, Pugnière-Saavedra, Sitri & Véniard 2012), où elle se trouve régulièrement interrogée. les ressources informatiques et les nouveaux corpus qu’elles offrent renouvellent, modifient et créent les pratiques. L’intérêt tout particulier autour des corpus témoigne de leur complexité, mais aussi de leur potentiel heuristique. Leur disponibilité multiplie les matériaux mais aussi leurs modes de donation et surtout de manipulation en interrogeant simultanément leur utilité scientifique, voire sociale : bénéficier de plus de quantité, plus de variété dans les données conduit-il systématiquement à un gain méthodologique et/ou épistémologique ? Comment introduire une approche qualitative face à des données massives ? L’apparition de ces gros corpus écrits, oraux ou multimodaux expose en même temps les analyses à une prolifération des procédures de constitution des corpus qui suscite simultanément un questionnement sur la validité des corpus ainsi construits. Si ces aspects théoriques et méthodologiques ont déjà été largement questionnés (voir notamment Garric et Longhi 2009 et 2015, dont s’inspire ce cadrage), la thématisation spécifique de la dimension applicative des analyses de corpus en vue de tâches concrètes utiles pour la demande sociale, industrielle, citoyenne, etc, reste encore discrète.

Cette journée se veut sous un format pratique. Trois formats seront disponibles : 1) Etude de cas, 2) Atelier ou 3) Présentation de corpus

ELA2020

Appel à communication Numéro des Études de Linguistiques Appliquées (ELA) https://www.cairn.info/revue-ela.htm

Professionnel·le·s et Recherche en Linguistique Appliquée

Coordination : Cathy Cohen (ICAR, Université Lyon 1), Audrey Mazur-Palandre (Labex ASLAN, ICAR, Université de Lyon), Joséphine Rémon (ICAR, Université Lyon 2), Biagio Ursi (ATILF, Université de Lorraine)

Texte de cadrage de l’appel à contribution

L’objectif de ce numéro spécial est de proposer une dizaine de contributions questionnant les défis méthodologiques, les enjeux sociétaux et les perspectives d’intervention du domaine de la linguistique appliquée, qui connaît depuis plusieurs décennies un fort engouement, impliquant parallèlement « des mutations profondes de ses objets d’investigation » (Filliettaz, 2009 : 1). Si la linguistique appliquée a été, au départ et tout particulièrement en France, fortement ancrée dans des problématiques liées à l’acquisition des langues et au fonctionnement des interactions scolaires, il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui tous les domaines des sciences du langage sont concernés. Les études en linguistique appliquée peuvent-elles participer à une éducation plus inclusive face à la diversité des apprenant·e·s ? Qu’apporte la linguistique appliquée à la compréhension des interactions médiées par les technologies ? Pourquoi faire intervenir des chercheur·e·s en linguistique appliquée pour améliorer l’ergonomie et la communication au travail (milieux hospitalier, de l’aviation, de la police, etc.) ? Ce numéro spécial se situe alors dans les réflexions de Condamines & Narcy-Combes (2015) qui, s’inscrivant dans la tradition des études épistémologiques, proposent de requalifier la “linguistique appliquée” en “linguistique située”, une proposition qui fait écho aux propos de Brumfit (1997) sur l’entrelacement entre questionnements sur la langue et études des (et, donc, par les) pratiques. L’objectif de cette discipline n’est pas d’appliquer simplement la recherche linguistique à un projet social, mais bien de réaliser un processus au sein duquel recherche et projet social sont reliés et se transforment mutuellement. C’est ainsi que se crée une stratégie d’innovation sociétale, où la mise en place de collaborations avec des acteurs extra-académiques s’avère centrale : « l’idée est […] de ne pas simplement appliquer la recherche à un projet sociétal, mais de s’inscrire dans un processus au sein duquel il s’instaure un échange durable et constructif entre recherche et société, qui sont alors interconnectés et répondent à leurs besoins mutuels » (Mazur-Palandre et Colón de Carvajal, sous presse).

Ces contributions s’articulent autour de trois axes : 1) défis méthodologiques, 2) enjeux sociétaux et 3) perspectives d’intervention.

Dans l’axe 1 – Défis méthodologiques – s’inscrivent des recherches situées, notamment en terrains sensibles (Paveau & Perea, 2012), qui font émerger des défis méthodologiques nécessitant de réfléchir à la fois aux modalités d’enquête ou d’enregistrement de corpus et aux questions éthiques qui en découlent (accès aux terrains, explicitation des objets d’étude, accès aux données par différents publics et/ou communautés de chercheurs, voir Baude et al. (2006 : ch. 3)), sans négliger les questions liées à la temporalité de la recherche face aux transformations sociétales (Rocci et al., 2010). La disponibilité de moyens techniques et, surtout, de fonds de recherche contraignent-ils le choix des terrains d’enquête ? Comment sensibiliser les praticiens à la nécessité d’ouvrir le terrain aux chercheurs ? Quelles méthodologies donnent le cadre permettant de trouver la juste posture pour recueillir le vécu des praticiens sans que ceux-ci se sentent jugés ? Comment le chercheur en linguistique appliquée peut-il militer pour valoriser ses méthodologies lorsque le contexte politique ou médiatique va dans une direction différente ou opposée ? Afin de répondre à toutes ces questions, il semble indispensable que la séparation assez traditionnelle entre recherche fondamentale et recherche appliquée soit dissoute (Bronckart, 2001) et il serait alors préférable de penser à un continuum plutôt que d’opposer ces deux types de recherche. Les études devraient alors être pensées à la croisée du monde de la recherche et de celui de l’application et de l’impact sociétal.

Sous l’axe 2 – Enjeux sociétaux – sont regroupées des contributions se centrant sur le défi que représente la diversité socio-culturelle et intergénérationnelle, pour des sociétés qui tendent vers une meilleure inclusion de toutes et tous. Cela se traduit non seulement par un examen de la situation actuelle, caractérisée par l’espace mondialisé et le contact d’identités linguistiques et culturelles différentes, mais aussi par le positionnement des chercheur·e·s en linguistique appliquée face à cette diversité. Cette réflexion doit inévitablement prendre en compte le rôle joué par les nouvelles technologies et les ressources numériques dans des interactions médiées par écran (Kern & Develotte, 2018) ou en face à face. La variété des scénarios d’utilisation de ces ressources est bien illustrée par l’expérience quotidienne des migrants, confrontés aux démarches administratives en contextes institutionnels (Piccoli, Ticca & Traverso, 2019) et au maintien des liens avec leur terre d’origine (Diminescu, 2010). Dans le domaine de la formation, les études en linguistique appliquée permettent de mettre en lumière les besoins de publics fragilisés de tous âges, dont l’intégration et l’insertion représentent des objectifs primordiaux (Adami & André, 2012). Quels prolongements peut-on donner à cette mise en lumière dans les pratiques professionnelles et les procédures institutionnelles ? Comment le chercheur négocie-t-il la tension entre l’impératif moral d’intervention et la temporalité de recherche nécessaire à l’appréhension d’enjeux sociétaux ? Quant à la visibilité des chercheurs, comment les équipes de recherche gèrent-elles l’emballement médiatique ou institutionnel autour de questions qui mobilisent le grand public ? Pour ce qui est de leur statut, les chercheurs doivent-ils se positionner comme personnes-ressources sur certains dossiers sociétaux, en envisageant une intervention auprès des instances reconnues ?

Les propositions s’inscrivant dans l’axe 3 – Perspectives d’intervention – se penchent davantage sur les perspectives d’intervention à travers la valorisation et la vulgarisation de la recherche. Elles questionnent les pratiques de terrain (Gasquet-Cyrus, 2015) et se focalisent aussi sur les retours aux participants (Piccoli & Ursi, 2015), le processus d’accompagnement et de formation à la recherche, mais aussi de formation par la recherche, et la prise en charge de responsabilités politiques, que les acteur·rice·s en linguistique appliquée développent.  Ainsi, de quelles façons les interventions des chercheur·e·s peuvent-elles être utiles à la société ? Sous quelles formes et en fonction de quels publics ? Ou encore, comment la transdisciplinarité, ou même l’interdisciplinarité, des recherches permet-elle de repenser les interactions sociales et disciplinaires? En effet, afin d’apporter des réponses les plus complètes possibles aux problématiques et aux défis sociétaux, les projets crossdisciplinaires (Falk-Krzesinski, 2016), permettant de combiner ou intégrer des concepts, méthodes ou théories de plus d’une discipline, se développent de plus en plus. Nous pouvons alors parler de travaux s’inscrivant dans une perspective multidisciplinaire, dans lesquels différentes disciplines co-habitent tout en étant indépendantes mais favorisant l’échange (Falk-Krzesinski, 2016). Les projets interdisciplinaires, eux, impliquent un dialogue plus important avec un certain degré d’intégration des concepts, théories et méthodologies des différentes disciplines représentées (Sarangi & van Leeuwen, 2003). Enfin, les projets transdisciplinaires supposent une vision totalement intégrative ainsi que la présence de partenaires extra-académiques (professionnels, associations, entreprises, etc.), et ce dès le début de la mise en place du projet afin de prendre en considération tous les aspects et besoins d’une problématique sociétale, en faisant participer tous les acteurs, académiques et extra-académiques. Il est alors possible d’obtenir des avancées scientifiques et concrètes si les différents partenaires, s’inscrivant dans des traditions théoriques et méthodologiques différentes, en réalisant un effort concerté, engagent un dialogue les uns avec les autres (Suthers et al., 2013). Cette position interdisciplinaire est un bénéfice aussi bien pour le domaine de la recherche que pour le monde sociétal, auquel les scientifiques peuvent alors offrir des visions complémentaires et des solutions toujours plus riches (Narcy-Combes, 2018).

Ce numéro a été réalisé en partenariat avec l’Association Française de Linguistique Appliquée – AFLA.

Dates importantes

  1. Réception des résumés : 15 octobre 2019
  2. Réponses aux auteurs sur la sélection des articles : 30 novembre 2019
  3. Version complète : 30 janvier 2020
  4. Avis du comité scientifique: 15 avril 2020
  5. Version finale : 15 juin 2020
  6. Publication : dernier trimestre 2020

Résumé 

  • Résumé de 4/5 pages devant être une version synthétique du futur article
  • Bibliographie incluse
  • Police times, 12, interligne 1,5

Informations

Contacts : audrey.mazur_palandre@ens-lyon.fr

Bibliographie

Adami, H. & André, V. (2012). Vers le Français Langue d’Intégration et Insertion (FL2I). In H. Adami & V. Leclercq (Dir.), Les migrants face aux langues des pays d’accueil, Paris : Septentrion, 277-289.

Baude, O., Blanche-Benveniste, C., Calas, M.-F., Cappeau, P. Cordereix, P., Goury, L., Jacobson, M., De Lamberterie, I., Marchello-Nizia, C., Mondada, L. (2006). Corpus oraux. Guide des bonnes pratiques. Paris/Orléans : CNRS Éditions & Presses Universitaires d’Orléans.

Bronckart, J.-P. (2001). S’entendre pour agir et agir pour s’entendre. In J.M. Baudoin & J. Friedrich (Dir.), Théories de l’action et éducation. Bruxelles : De Boeck, 133-154.

Brumfit, C. (1997). How applied linguistics is the same as any other science. International Journal of Applied Linguistics 7(1), 86-94.

Condamines, A. & Narcy-Combes, J.-P. (2015). La linguistique appliquée comme science située. In F. Carton, J.-P. Narcy-Combes, M.-F. Narcy-Combes, D. Toffoli (Dir.). Cultures de recherche en linguistique appliquée, Paris : Riveneuve, 209-229.

Diminescu, D. (2010). L’usage du téléphone portable par les migrants en situation précaire. Hommes et Migrations 1240, 66-79.

Falk-Krzesinski, H. (2016). Team Science Tools for Research Development Professionals. Annual NORDP (National Organisation of Research Development Professionals) Research Development Conference, Orlando, FL, May 25 2016. URL : https://www.nordp.org/assets/RDConf2016/presentations/nordp-2016-falk-krzesinski.pdf

Filliettaz, L. (2009). La linguistique appliquée face aux réalités de la formation professionnelle. Bulletin suisse de linguistique appliquée, 90, 1-15.

Gasquet-Cyrus, M. (2015). “Je vais et je viens entre terrains” Réflexions sur le terrain dans la théorisation sociolinguistique. Langage et société 154, 17-32.

Kern, R. & Develotte, C. (Eds.) (2018). Screens and Scenes. Multimodal Communication in Online Intercultural Encounters. London/New York: Routledge.

Linn, A., Candel, D. & Léon, J. (2011). Linguistique appliquée et disciplinarisation, Histoire, Épistémologie, Langage 33(1), 7-14.

Mazur-Palandre, A. et Colón de Carvajal, I. (sous presse). La multimodalité : et encore, on est loin d’avoir tout vu… Dans A. Mazur-Palandre et I. Colon de Carvajal. (Dir.), Approches plurielles de la multimodalité du langage. Grenoble : UGA Éditions.

Narcy-Combes, M.-F. (2018). La transdisciplinarité dans l’intervention en linguistique appliquée. Études de Linguistique Appliquée 190, 183-193.

Paveau, M.-A. & Perea, F. (Dir.) (2012). « Corpus sensibles », Cahiers de praxématique 52.

Piccoli, V., Ticca, A. C. & Traverso, V. (2019). « Go internet it’s here » : démarches administratives de personnes précaires ou en demande d’asile, Langage et société 167, 81-110.

Piccoli, V. & Ursi, B. (2015). Le projet Petits Films : du retour au participants à la valorisation des données. In I. Colón de Carvajal & J.-P. Maitre (Éds.), ICODOC 2015 : Colloque Jeunes Chercheurs du Laboratoire ICARSHS Web of Conferences 20. DOI : <10.1051/shsconf/20152001019>.

Rocci, A., Duchêne, A., Gnach, A. & Stotz, D. (Dir.) (2010). « Sociétés en mutation : les défis méthodologiques de la linguistique appliquée – Actes du colloque VALS-ASLA 2008. » Bulletin suisse de linguistique appliquée Numéro spécial – Printemps 2010, 2 volumes.

Sarangi, S. & van Leeuwen, T. (2003). Applied linguistics and communities of practice: gaining communality or losing disciplinary autonomy? In Sarangi, S. & van Leeuwen, T. (Eds.), Applied Linguistics and Communities of Practice. London/New York: Continuum, 1-8.

Suthers, D., Lund, K., Penstein Rosé, C., Teplovs, C. & Law, N. (Eds.) (2013). Productive Multivocality in the Analysis of Group Interactions, Boston, MA: Springer.

AFLA2019

Le colloque PRELA 2019 « Professionnel·le·s et Recherche en Linguistique Appliquée : défis méthodologiques, enjeux sociétaux et perspectives d’intervention » aura lieu du 24 au 26 juin 2019 à l’ENS Lyon.

Dans la continuité des deux précédents colloques de l’Association Française de Linguistique Appliquée : CRELA 2013  & TRELA 2015 , le colloque PRELA 2019 – Professionnel·le·s et REcherche en Linguistique Appliquée a pour but de questionner les défis méthodologiques, les enjeux sociétaux et les perspectives d’intervention du domaine. Le colloque permettra d’aborder une diversité de situations et d’interrogations. Les études de linguistiques appliquées peuvent-elles participer à une éducation plus inclusive face à la diversité des apprenant·e·s ? Qu’apporte la linguistique appliquée à la compréhension des interactions médiées par les technologies ? Pourquoi faire intervenir des chercheur·e·s en linguistique appliquée pour améliorer l’ergonomie et la communication au travail (milieu hospitalier, aviation, gendarmerie criminelle, etc.) ?

Retrouvez ici toutes les informations importantes sur le site du colloque 


Compte-rendu des symposiums


La linguistique appliquée aux corpus

Coordonné par Julien Longhi (Université de Cergy-Pontoise, IUF)

Le symposium « la linguistique appliquée aux corpus » faisait écho à la publication d’un numéro de la revue ELA (https://www.cairn.info/revue-ela-2017-4.htm) paru fin 2017: il rassemblait les différents auteurs, en incluant de nouvelles contributions. Les échanges ont été riches et denses, et ont notamment permis de présenter plusieurs contextes d’application de l’analyse de corpus: sécurité, radicalisation, traductologie, discours sensoriels, marketing, communication. . >> lire la suite


Postures langagières professionnelles en milieux éducatif, social et clinique : modalités d’apprentissage du langage et implications pour la formation

Coordonné par Caroline Masson (Université Sorbonne Nouvelle)

Le symposium avait pour objectif de présenter des démarches issues d’expériences de terrain dans lesquelles nous adoptons une double posture : celle de chercheurs qui élaborent et diffusent de nouvelles connaissances mais également qui accompagnent la modification des représentations et des pratiques langagières des professionnels. >> lire la suite


Crosslinguistic perspectives on second/foreign language education: challenges and opportunities

Coordonné par Shona Whyte (Université de Nice Sophia Antipolis), Henry Tyne (Université de Perpignan – Via Domitia )

En introduction S. Whyte évoque la place de l’AFLA et du réseau de recherche Crosslinguistic Perspectives (AILA ReN) dans le paysage de recherches francophones avec un retour sur l’histoire de la linguistique appliquée (LA) à partir des années 1950. Dès 1965 les chercheurs en lexicologie, traitement automatique des langues, même en linguistique de l’énonciation ont quitté la LA : c’est l’exception française. >> lire la suite

ReN

Crosslinguistic perspectives on L2 studies

A new AILA Research Network on Crosslinguistic perspectives on second language studies: terms and concepts in French and English has been approved. Twenty-one colleagues from 15 institutions in 5 countries will be working together on this topic over the next three years in a series of events including a symposium at the AILA conference in Groningen in 2020. Henry Tyne of Perpignan University and Shona Whyte are co-convenors.

Présentation en français

Rationale

A main preoccupation of applied linguistics has historically been second and foreign language teaching. Indeed, the original name of the AILA organisation at its creation in 1964 was the Association internationale de linguistique appliquée à l’enseignement des langues vivantes.[1] Today, although the umbrella term applied linguistics has been extended to other disciplines and concerns, research on the teaching and learning of second or foreign languages remains a key area of our field (Long, 2017; Widdowson, 2017). In French-speaking countries like France, however, the term linguistique appliquéeis no longer used by most scholars (Carton et al., 2015; Kramsch, 2009). This terminological slippage is problematic for an international organisation named after the French acronym, which seeks to appeal to a contemporary interdisciplinary interpretation of the field.

The diversification of research objectives, methods, and applications over the past fifty years has, perhaps inevitably, led to divergences in research traditions and in the disciplinarisation and institutionalisation of particular domains of applied linguistics in different AILA member countries, particularly as far as language learning and teaching is concerned (Smith & Iamartino, 2017; compare also Cuq, 2003 and Loewen & Reinders, 2011). The result is fragmentation and often miscommunication: research communities often working in closely related fields may not be aware of relevant research and findings of interest to all; those who do communicate may not understand one another’s contributions.  As a result, time and energy have necessarily been devoted to redefining terms, or motivating and explaining research frameworks for a wider audience, sometimes at the expense of advancing research agendas: “as if we had shown more concern for staking out the territory than building the house,[2]” in the words of one French commentator (Berthet, 2011).

The crosslinguistic perspectives on L2 studies network seeks to improve collaboration across French-speaking and English-speaking scholarly communities by offering a forum for participants to review, clarify, and update terms and concepts in second language acquisition, second and foreign language teaching, educational linguistics, and language education across the two languages.

Scope of the research network

The network seeks to address questions of conceptual and terminological correspondence and distinction in the area of L2 teaching and learning research, particularly with respect to French-speaking and English-speaking scholarly communities.

The objectives are to

  • identify domains of broad agreement (concepts and theories for which satisfactory translation equivalents exist; subfields where these coincide);
  • pinpoint particularly difficult areas (crosslinguistic gaps, terminological mismatch) and propose solutions to bridge gaps there; and
  • consider the utility and feasibility of a database of French and English terms in second language studies/didactique des langues.

This enterprise, while defined in relation to a specific bilingual project (a dictionary, encyclopedia or glossary), will necessarily involve broader discussion of epistemological, theoretical, and methodological issues related to second language studies/didactique des langues, including but not limited to corpus linguistics, translation studies, intercultural approaches, language for specific purposes, and CALL research, as well as praxeological concerns. This network will thus offer opportunities to continue long-running debate in AILA on definitions and directions for the field of applied linguistics.

We are aware that our project is both ambitious and fairly specific, and would no doubt benefit from a wider perspective including other languages and research cultures. In German-speaking contexts, for example, there is also extensive overlap among the terms Angewandte LinguistikFremdsprachenforschung, Sprachlehr-und lernforschung, and Fremdsprachendidaktik. We propose, however, to begin with the French/English perspectives which are of immediate concern to initial members of the network. Naturally if progress is significant and a second term for the network seems worthwhile, it would be useful to extend the project to additional research cultures and languages (e.g., major European languages, East Asian languages).

Participants and their affiliations

FRANCE
Aix en Provence Marco Cappellini Aix Marseille University
Montpellier Amanda Edmonds Université Paul-Valéry, Montpellier 3
Nancy Alex Boulton Université de Lorraine
Nice Jean-Pierre Cuq ; Simona Ruggia ; Shona Whyte  Université Côte d’Azur
Paris Alice Burrows ; Jean-Paul Narcy-Combes  Paris 3 Sorbonne
  Natalie Kübler Paris 7 Didérot
Perpignan Henry Tyne Université de Perpignan Via Domitia
Réunion Christian Ollivier Université de la Réunion
Rouen Grégory Miras Université de Rouen Normandie
IRELAND
Cork Martin Howard University College Cork
Limerick Fiona Farr ;  Liam Murray  University of Limerick
NORTH AMERICA
Alberta Martine Pellerin University of Alberta, AB, Canada
Toronto Jeffrey Steele University of Toronto, ON, Canada
Berkeley Claire Kramsch University of California at Berkeley, CA, US
Pennsylvania Kevin McManus Pennsylvania State University, PA, US
SWITZERLAND
Neuchâtel Alain Kamber ; Maud Dubois  Université de Neuchâtel

The 21 participants in our network include new and experienced researchers in a range of areas of second language studies: French as a foreign language (Cuq, Dubois, Kamber, Ollivier, Ruggia), corpus linguistics (Boulton, Burrows, Kübler), CALL (Cappellini, Murray, Whyte), L2 acquisition (Edmonds, McManus, Steele), as well as teacher education (Pellerin, Farr), L2 sociolinguistics and study abroad (Howard, Tyne), intercultural competence (Kramsch) and epistemology (Miras, Narcy-Combes). The French AILA affiliate AFLA is fully represented (Boulton, Kübler, Miras, Narcy-Combes, Whyte).

Plan for ReN activities

Specific details of ReN events remain to be determined and will depend on the outcome of local applications for funding and related scientific meetings. Network members have provisionally agreed to the following plan:

2018 Journée d’études/colloquium/digital symposium Limerick/Nice/Perpignan
2019 Colloque AFLA: Crosslinguistic perspectives on L2 studies (France)
Journée d’études/colloquium/digital symposium Aix/Montpellier
2020 AILA symposium Groningen

References

Berthet, M. (2011). La linguistique appliquée à l’enseignement des langues secondes aux Etats-Unis, en France et en Grande-Bretagne. Histoire Épistémologie Langage, 33(1), 83-97.

Carton, F., Narcy-Combes, J-P., Narcy-Combes,M-F., & Toffoli, D. (2015). (Eds). Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve.

Cuq, J-P. (2003). Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Paris: CLE international.

Kramsch, C. (2009). La circulation transfrontalière des valeurs dans un projet de recherche international. Le Francais dans le Monde, 46: 66-77.

Loewen, S., & Reinders, H. (2011). Key concepts in second language acquisition. Basingstoke, UK: Palgrave Macmillan.

Long, M. (2017). Instructed second language acquisition (ISLA): geopolitics, methodological issues, and some major research questions. ISLA, 1(1): 7-44.

Smith, R., & Iamartino, G. (2017). History of Language Learning and Teaching: Perspectives on Innovation. AILA Congress, Rio de Janeiro, July.

Widdowson, H. (2017). Disciplinarity and disparity in applied linguistics. BAAL conference, Leeds, September.

[1] International association of linguistics applied to the teaching of modern languages

[2] « comme si l’on s’était davantage soucié de borner le terrain plutôt que de construire la maison » (Berthet, 2011: 96)

AILA2023

Lyon accueillera officiellement le 20e congrès international de l’AILA en 2023

Lyon will host the 20th AILA World Congress in 2023

Thème / Theme

  • Diversity and social cohesion in a globalized world: moving towards more engaged language studies
  • Diversité et cohésion social dans un monde globalisé : vers des sciences du langage plus engagées
  • Diversidad y cohesión social en un mundo globalizado : por una linguística aplicada comprometida
  • Diversität und soziale Kohäsion in einer globalisierten Welt: auf dem Weg zu einer engagierten Sprachwissenschaft 

Coordination de l’événement / Coordinators

Ils nous ont soutenus / They support us

A venir

Dates Thème Lieu
16-17 mai 2019 Professionnalisation des (futur·e·s) enseignant·e·s de FLE à l’ère du numérique. Information : cliquer ici / click here Siegen (Allemagne)
5-6 juin 2019 Conférence TOTh (Terminologie et ontologie) . Information : cliquer ici / click here Chambéry (France)
24-26 Juin 2019 PRELA 2019 « Professionnel·le·s et Recherche en Linguistique Appliquée : défis méthodologiques, enjeux sociétaux et perspectives d’intervention » : cliquer ici / click here Lyon (France)
24-25 octobre 2019 CIEFP 2019 « Colloque International Enseignement du français parle »: Cliquer ici /click here Rouen (France)
12-14 Décembre 2019 2ème colloque du PERL : Entre présence et distance. Enseigner et apprendre les langues à l’université à l’ère numérique : Cliquer ici / click here Paris (France)