ELA2019

Appel à publication Numéro des Études de Linguistique Appliquée (ELA https://www.cairn.info/revue-ela.htm)

En collaboration avec AFLA

Repenser l’étude des langues à l’université : le défi des humanités numériques?

Coordination : Alice Burrows (PERL – Université Sorbonne Nouvelle), Rosa Cetro (Université de Pise), Natalie Kübler (PERL – Université Paris Diderot), Grégory Miras (Université de Rouen Normandie).

Texte de cadrage de l’appel à contribution

L’objectif de ce numéro est de proposer des contributions présentant une réflexion théorique, des études de cas ou des retours d’expériences ayant comme point commun d’interroger les rapports entre l’étude des langues à l’université et les perspectives ouvertes par les humanités numériques. Il s’agira donc de comprendre la synergie entre les études de linguistique située (Condamines & Narcy-Combes, 2015) et les possibilités ouvertes par les humanités numériques (Terras et al., 2013 ; Dacos & Mounier, 2014 ; Dumouchel, 2015) dans le contexte spécifique de l’Université au XXIe siècle.

Le numéro cherchera, dans un premier temps, à questionner les humanités numériques dans une perspective pluri-inter-transdisciplinaire (Claverie, 2010) quant à la prise en compte et l’intégration du numérique (mégadonnées, plate-forme, e-learning, etc.) dans l’étude des langues à l’université. Ce questionnement présente deux aspects : d’une part, l’entrée massive du numérique en milieu universitaire est le résultat d’une volonté politique (Avis du Conseil National du Numérique, mai 2016), d’autre part, le numérique s’offre, pour les chercheurs et les enseignants des langues, comme un potentiel accélérateur de pratiques – pédagogiques, discursives…. – (Karsenti & Larose, 2001). Ces deux facettes du questionnement interrogent la notion de transformation (voir l’appel à manifestation d’intérêt, 2017[1]) liée à l’introduction du numérique en milieu universitaire. Le Conseil National du Numérique propose ainsi de graduer l’implémentation des technologies du numérique à l’université en deux phases : une phase exploratoire et une phase de transformation. L’entrée dans la phase de transformation signifierait ainsi une remise en cause radicale des pratiques universitaires en général, et des pratiques en langue (recherche et transmission) en particulier. Or, certains chercheurs pointent le risque contenu dans cette notion de transformation (Springer, 2016), lorsqu’elle n’émane pas directement des acteurs du terrain (marche vers l’industrialisation des pratiques linguistiques, accélération des coupes budgétaires, etc.).

Néanmoins, la transformation est également un processus indissociable de la recherche. Dans leur ouvrage, Karsenti et Larose (2001) avançaient justement le potentiel du numérique comme accélérateur pédagogique. L’introduction de l’outil devient, dans cette perspective, une potentialité de questionnement sur les pratiques linguistiques (pratiques de recherches, comme d’enseignement/ apprentissage, mais aussi de communication).

Le numéro mettra en relation, dans un second temps, ces questionnements pluridisciplinaires avec les travaux en Sciences du langage qui s’inscrivent dans les perspectives des humanités numériques (Pitman & Taylor, 2017). Il s’agira alors de voir comment les études en Sciences du langage éclairent ces phénomènes de transformation via des formes de modélisation, dans plusieurs directions : l’enseignement/apprentissage et l’acquisition des langues (dématérialisation des formations en langues (Nissen, 2014), l’utilisation des corpus pour l’enseignement des langues (Boulton & Tyne, 2014), les outils de recherche pour les processus d’acquisition en langue (Pelletieri, 2000), les pratiques linguistiques (multimodalités des interactions médiées par le numérique (Develotte, Kern & Lamy, 2011 ; Smith, 2003 ; Paveau, 2017), les grands corpus pour la traduction (Baker, 1996 ; Zanettin, 2000 ; Kübler, 2011), le discours numérique (Thurlow & Mroczek, 2011 ; Paveau, 2015) et l’ergonomie des outils numériques (Bastien & Scapin, 1993), place et tâches des spécialistes du développement informatique (Potvin, Power & Ronchi, 2014).

Enfin, dans un troisième temps, le numéro s’attardera à analyser les défis des enjeux des humanités numériques dans les Sciences du langage à l’université pour en soulever les impensés (Grangeon, 2016). Il s’agira ici de mettre au centre de l’analyse les préoccupations des acteurs universitaires (Duclos, 2015) qui peuvent être soulevées par de telles transformations. Ce troisième temps du numéro étudiera les modifications du rapport des acteurs universitaires avec leur travail qu’entraîne l’introduction du numérique dans le champ universitaire (Grangeon & Magis, 2016). On centrera alors l’attention sur les conséquences des pratiques numériques sur la propriété intellectuelle (étude de l’INPI, 2015) mais également sur les formes de prise en considération des préoccupations des acteurs du contexte universitaire. Dans ce sens, un meilleur accompagnement des transformations permettra-t-il la prise en compte de ces préoccupations pour des modifications des pratiques numériques.

Dates importantes :

  1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 23 septembre 2018
  2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018
  3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre
  4. Version corrigée : 11 mars 2019
  5. Version finale : 11 mai 2019
  6. Publication : 11 juin 2019

Informations :

Site web : www.afla-asso.org/ela2019
Contact : alicehelene.burrows@gmail.com

Bibliographie :

  • Avis du conseil national du numérique, (2016). Université numérique : du temps des explorateurs à celui de la transformation. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.https://cnnumerique.fr/wp-content/uploads/2016/05/CNNum_Avis2016-1_ESR-4.pdf
  • Baker, M., (1996). « Corpus-based Translation Studies. The Challenges that Lie Ahead ». In : Somers, Harold (Ed.). Terminology, LSP and Translation. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company. p. 175-186.
  • Bastien, J.M.C., Scapin, D., (1993). Ergonomic Criteria for the Evaluation of Human-Computer interfaces. Institut National de recherche en informatique et en automatique.
  • Boulton A. &  Tyne H. (2014). Des documents authentiques aux corpus. Démarches pour l’apprentissage des langues. Paris : Didier.
  • Claverie, B., (2010). « Pluri-, inter-, transdisciplinarité : ou le réel décomposé en réseaux de savoir », Projectics / Proyéctica / Projectique 2010/1 (n° 4). p. 5-21.
  • Condamines, A., Narcy-Combes J.-P., (2015). « La linguistique appliquée comme science située ». In :  F. Carton, J.-P. Narcy-Combes, M.-F. Narcy-Combes, D. Toffoli. Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve Éditions. p. 209-229
  • Dacos, M., Mounier, P., (2014). Rapport Humanités numériques. Institut français. Open Édition.
  • Develotte, C., Kern, R., Lamy, M.-N., (2011). Décrire la conversation en ligne, le face à face distanciel. Paris : ENS Éditions.
  • Duclos, A. M., (2015). « La résistance au changement : un concept désuet et inapproprié en éducation ». Psychologie & Éducation. p. 33-45.
  • Dumouchel, S., (2015). « Les Humanités Numériques : une nouvelle discipline universitaire? ». Digital Humanities à l’IHA. http://dhiha.hypotheses.org/1539
  • Etude de l’INPI, (2015). La propriété intellectuelle & la transformation numérique de l’économie.  https://www.inpi.fr/fr/services-et-prestations/etude-pi-et-economie-numerique
  • Granjon, F., (2016). « Présentation du dossier ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/726
    Granjon, F., Magis, C., (2016). « Critique et humanités numériques ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/748
  • Karsenti, T. et Larose, F. (dir.) (2001). Les TIC… au cœur des pédagogies universitaires. Québec : Presses de l’Université du Québec.
  • Kübler, N. (2011) « Working with different corpora in translation teaching ». In Frankenberg-Garcia A., Flowerdew, L., Aston G., (Eds.). New Trends in Corpora and Language Learning. London: Continuum. p. 62-80.
  • Nissen, E. (2014). « Les spécificités des formations hybrides en langues ». Apprentissage des langues et systèmes d’information et de communication (Alsic), vol. 17. http://alsic.revues.org/2773.
  • Paveau, M.-A., (2015). « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires [En ligne], 2014-1. http://itineraires.revues.org/2313
  • Paveau, M.-A., (2017). « L’écriture numérique. Standardisation, délinéarisation, augmentation », Fragmentum, n°48. https://periodicos.ufsm.br/fragmentum/article/view/23296/15104
  • Pelletieri, J., (2000). « Negotiation in n° 4, ENS Cyberspace – the Role of Chatting in the Development of Grammatical Competence ». In Warschauer, M., Kern R. (Dir.). Network-based LT : Concepts and Practice. Cambridge : CUP. p.59-86.
  • Pitman, T., Taylor, C., (2017). « Where’s the ML in DH? And Where’s the DH in ML? The Relationship between Modern Languages and Digital Humanities, and an Argument for a Critical DHML ». Dhq, vol 11.1 [en ligne]. http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/11/1/000287/000287.html
  • Potvin, C., Power, T., M., Ronchi, A., (dir.) (2014).  La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l’Université Laval.
  • Smith, B., (2003). « Computer-mediated negotiated interaction : An expanded model ». Modern Language Journal, vol. 87, n° 1. p. 38-57.
  • Springer, C., (2016). « Humanités numériques et enseignement des langues en ligne : le train du Progrès et de la science poursuit sa route, je voudrais descendre ». Séminaire du Laboratoire Parole et Langage, Nov. 2016, Aix en Provence, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01464858/document
  • Terras, M., Nyhan, J. and Vanhoutte, E. (Eds). (2013). Defining Digital Humanities: A Reader. Farnham : Ashgate.
  • Thurlow, C., Mroczek, K., (2011). Digital Discourse, Language in the New Media. Oxford Studies in Sociolinguistics.
  • Zanettin, F., (2000). « Parallel Corpora in Translation Studies: Issues in Corpus Design and Analysis ». In : Olohan, M. (Ed.). Intercultural Faultlines. Research Models in Translation Studies I Textual and Cognitive Aspects. London : Routledge.